Le commissaire à l'intégrité du secteur public conclu qu’un ancien cadre de l’Agence de la santé publique du Canada a commis un acte répréhensible

News Release Type
Communiqué
Publication Date

Le 16 février 2017 – Aujourd’hui, à la suite d’une divulgation anonyme faite par des dénonciateurs, le commissaire à l’intégrité du secteur public, M. Joe Friday, a déposé au Parlement un rapport sur un cas avéré d’actes répréhensibles. Le cas se rapporte à un ancien cadre de l’Agence de la santé publique du Canada dont la conduite, notamment les manifestations physiques de colère envers les membres du personnel ainsi que les insultes proférées à ceux-ci et à d’autres employés du gouvernement, constituait une contravention grave du code de conduite de l’Agence ainsi qu’un cas grave de mauvaise gestion dans le secteur public.

L’enquête a permis de conclure que le cadre se livrait fréquemment à des diatribes et qu’il succombait à des accès de rage, qu’il utilisait un langage non professionnel, notamment les cris et les hurlements, qu’il avait recours aux jurons ainsi qu’à un langage corporel menaçant.

« Puisque l’auteur des actes répréhensibles a changé de ministère, j’ai informé son nouvel employeur de mes conclusions et je l’ai avisé que des mesures disciplinaires et correctives allaient être prises », a déclaré le commissaire Friday. « Le nouvel employeur du cadre m’a avisé qu’il surveille de manière proactive l’environnement de travail et il a convenu que les mesures disciplinaires et correctives sont justifiées ».

Bien que la haute direction de l’ASPC ait initialement pris des mesures pour traiter les problèmes soulevés dans les plaintes en matière de harcèlement concernant le cadre, l’Agence aurait dû continuer de surveiller la manière dont celui-ci gérait son personnel et effectuer de manière proactive un suivi auprès des employés pour s’assurer que leurs préoccupations avaient bel et bien été entendues et que le comportement du cadre avait cessé.

Le commissaire Friday a recommandé à la haute direction de l’ASPC de revoir ses pratiques et procédures en vue de régler les lacunes décelées dans sa réponse à l’égard des mauvais comportements en milieu de travail, ainsi que d’entreprendre des mesures préventives pour favoriser un milieu de travail exempt de harcèlement.

 

Le commissaire a renchéri en mentionnant que « l’ASPC a accepté mes recommandations et elle a déclaré qu’elle prenait très au sérieux sa responsabilité de créer un milieu de travail respectueux, sain et exempt de harcèlement. Depuis avril 2015, l’organisation a adopté des mesures concrètes pour favoriser une culture de respect et d’inclusion. »

Étant donné que l’actuel gouvernement a fait de la santé au travail une priorité, le rapport sur le cas peut être utile pour faire ressortir l’importance d’assurer un milieu de travail sain et respectueux. Tout employé, sans égard à son niveau ou de ses fonctions au sein d’une organisation, mérite d’être traité avec respect et doit l’être. 

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le rapport sur le cas.

-30-

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez communiquer avec :

Edith Lachapelle
Gestionnaire, Communications
Commissariat à l’intégrité du secteur public du Canada
Téléphone : 613-946-2138 ou 613-294-1678
Courriel : Lachapelle.Edith@psic-ispc.gc.ca